Agriculture sur l'aérodrome: rencontrez le fermier de YWG

Situé à côté d'un champ ouvert à l'intérieur de la ville, l'Aéroport international Richardson de Winnipeg est entouré d'une mer d'or. Des centaines d'acres de fleurs bordent les aires de trafic, les voies de circulation et les pistes, offrant une perspective pittoresque de la prairie aux passagers qui attendent de monter à bord de leur avion. Pour Aaron Elskamp, ces plants de canola sont plus que beaux à regarder - c'est son gagne-pain.

Le fermier de Woodlands en est à sa sixième année de travail dans les champs de l'aéroport. Alors que les avions décollent et atterrissent à l'autre bout de l'aérodrome, Elskamp s'occupe activement de ses 700 acres de cultures. Le terrain de l'aéroport est loué par YWG pour améliorer et diversifier ses sources de revenus et d'utiliser pleinement la propriété pour servir la communauté.

REGARDER: Aaron Elskamp explique la situation unique de l'agriculture dans un aérodrome actif

Plusieurs précautions de sécurité doivent être suivies lors de l’agriculture sur un campus d’aéroport. Les machines doivent rester à l'écart des zones tampons autour des pistes, des voies de circulation, des aires de trafic et des infrastructures aéroportuaires critiques. Les cultures ne peuvent pas non plus être plantées dans ces zones et sont de type limité afin qu’elles n'attirent pas la faune.

Chaque automne, lorsque le canola est prêt à être récolté, l'équipe d'Elskamp s'agrandit considérablement. Il faut trois moissonneuses-batteuses, un chariot à grains et cinq semi-remorques pour cueillir les plantes - un processus qui prend deux jours. Pour ceux qui regardent depuis l’aérogare, c'est une scène très animée qui ajoute au paysage de prairie unique de YWG.

Back

Leave a Comment

**NOTE**: All comments for this post will be reviewed by the author before being released live to the web site.