Comment un membre de l'équipe d’entretien du terrain d’aviation reste au chaud et en sécurité pendant une vague de froid

Lorsqu'un vortex polaire enveloppe Winnipeg avec des températures glaciales qui ressemblent à -50 ° C, des précautions supplémentaires doivent être prises par les membres de l'équipe de l'aéroport international Richardson de Winnipeg qui s'efforcent de garder les pistes propres et dégagées 24 heures sur 24.

« Ces deux derniers jours ont été parmi les plus froids dans lesquels j’ai travaillé, a déclaré Michael Paslawski, l'un des ouvriers du déneigement de l'équipe d’entretien du terrain d’aviation. Il est indispensable de disposer de plusieurs couches pour rester au chaud et en sécurité lorsque vous devez être à l'extérieur. »

Paslawski passe la majeure partie de sa journée de travail sur le terrain d'aviation à déblayer la neige des infrastructures essentielles, à nettoyer autour les portes d'embarquement et les passerelles et à ramasser les débris que le vent a pu faire entrer. Quand le froid est si extrême, il porte tellement de vêtements qu'il lui faut plus de dix minutes pour s'habiller avant de sortir.

Paslawski commence avec une couche de base de pantalon thermique et une chemise à manches longues. Il enfile ensuite un autre pantalon et une chemise avant d'ajouter un pull. En plus de tout cela, il porte un pantalon de ski et une longue veste qui dépasse sa taille pour que le vent ne lui fasse pas sauter le dos.

« Il faut trouver le bon équilibre, a déclaré Paslawski. Vous avez besoin de vêtements plus épais pour rester à l'aise, mais ils ne doivent pas être trop volumineux car ils ont un impact sur vos mouvements. »

La capuche de sa veste aide à garder la tête de Paslawski au chaud - mais là encore, les couches sont essentielles. Il enfile une tuque et un masque sous sa capuche qui couvre tout sauf ses yeux.

Pour garder ses pieds au chaud, Paslawski porte de bonnes bottes d'hiver par-dessus deux paires de chaussettes. Il double également ses mains, avec deux couches de gants. Même si les mitaines retiennent mieux la chaleur, il préfère ce type de protection pour ses doigts car cela lui permet de manipuler plus facilement les pelles et autres équipements. La majorité des vêtements de Paslawski sont en laine car le tissu l'isole même s'il est mouillé.

« Des vêtements d'hiver de qualité valent bien l'investissement, a déclaré Paslawski. Il est très utile pour le travail physique car il permet d'évacuer la sueur. »

Au cas où ses vêtements seraient mouillés, Paslawski garde dans son casier des chemises, des chaussettes et des gants supplémentaires qu'il peut rapidement enfiler. Étant donné que les pieds mouillés perdent leur chaleur 25 fois plus vite que les pieds secs, Paslawksi place ses bottes près d'un chauffage à la fin de chaque journée pour s'assurer qu'elles sont sèches avant son prochain quart de travail.

Autant il compte beaucoup sur ses quatre couches de vêtements pour le garder au chaud, les pauses fréquentes sont tout aussi cruciales, selon Paslawski. Il saute dans son véhicule pour le dégivrer lorsqu'il commence à avoir trop froid. Paslawski prévoit également des moments dans sa journée pour retourner à l'atelier afin de se reposer et prendre une tasse de café chaud.

« Je n’aime pas le froid, mais je suis un Manitobain né et élevé, donc j'y suis habitué, a déclaré Paslawski. C'est un travail important que nous faisons car le terrain d'aviation doit rester ouvert pour permettre aux avions d’atterrir et de décoller. J'adore venir travailler chque jour, quelle que soit la température. » 

Back

Leave a Comment

**NOTE**: All comments for this post will be reviewed by the author before being released live to the web site.